Foire aux questions concernant le vaccin contre la COVID-19

Voici les réponses aux questions sur le vaccin contre la COVID-19 des résidents et des travailleurs de la région du Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO).

Questions générales sur le vaccin contre la COVID-19 :

Questions concernant la sécurité du vaccin contre la COVID-19 :

Questions concernant quand et comment sera organisée la distribution du vaccin :


Questions générales sur le vaccin contre la COVID-19

Quels vaccins contre la COVID-19 sont présentement disponibles et quel est leur degré d’efficacité?

Présentement, Santé Canada a approuvé l’utilisation des vaccins contre la COVID-19 à ARNm de Pfizer-BioNTech et Moderna au Canada, ainsi que le vaccin d’AstraZeneca (COVISHIELD)*. Le vaccin Janssen (Johnson & Johnson) a aussi été approuvé mais n’est pas encore disponible au Canada. D’autres vaccins pourraient également être autorisés plus tard.

Tous les vaccins contre la COVID-19 dont l’administration est autorisée au Canada sont efficaces pour protéger contre la maladie, l’hospitalisation et le décès. Les vaccins de Pfizer-BioNTech et Moderna se sont montrés efficaces à plus de 90 % dans les essais cliniques après l’administration de la deuxième dose. Le vaccin d’AstraZeneca (COVISHIELD) s’est montré efficace à plus de 80 % à la suite de la deuxième dose. Tous les vaccins contre la COVID-19 dont l’administration est autorisée au Canada sont aussi très efficaces pour prévenir l’hospitalisation et le décès.

Pour le moment, l’approvisionnement de vaccins est restreint. Ils sont administrés prioritairement aux groupes de population à risque élevé et aux soignants. Au fur et à mesure que l’accès aux vaccins sera amélioré au cours des prochains mois, un plus grand nombre de gens pourront se faire vacciner. (Pour en savoir plus, consultez Questions concernant quand et comment sera organisée la distribution du vaccin.)

* REMARQUE : Le 11 mai dernier, l’Ontario a annoncé que le déploiement et l’administration des premières doses du vaccin d’AstraZeneca étaient interrompus par mesure de prudence après avoir observé la fréquence accrue de la maladie rare de la coagulation sanguine.

Qu’est-ce qu’un vaccin à ARN messager (ARNm)?

Les vaccins à base d'ARNm sont un nouveau type de vaccin; toutefois, les chercheurs étudient et travaillent avec ces vaccins depuis un certain temps. Les vaccins à base d'ARNm enseignent à nos cellules comment fabriquer une protéine qui déclenchera une réponse immunitaire. Une fois cette réponse déclenchée, notre corps produit des anticorps. Ces anticorps nous aident à combattre l'infection si le vrai virus pénètre dans notre corps à l'avenir.

Comme dans le cas de tous les vaccins, les personnes vaccinées sont protégées sans jamais avoir à risquer les conséquences graves d'une exposition au virus. De plus, les gens ne peuvent pas contracter la COVID-19 à partir du vaccin lui-même.

Les vaccins de Pfizer-BioNTech et de Moderna sont des vaccins à ARNm.

En quoi consiste le vaccin?

Les vaccins de Pfizer-BioNTech, Moderna et AstraZeneca (COVISHIELD)* sont administrés en 2 doses avec une seringue dans le haut du bras. Vous devriez recevoir la première dose le plus tôt possible. La seconde dose du vaccin est donnée jusqu’à 16 semaines après la première. Il est très important de recevoir les deux doses. Bien que vous puissiez bénéficier d’une certaine protection après la première dose, vous serez le mieux protégé après avoir reçu les deux doses.

D’autres vaccins peuvent être approuvés sous peu, qui peuvent ou non exiger une seconde dose. Des instructions vous seront remises au moment de votre vaccination.

* REMARQUE : Le 11 mai dernier, l’Ontario a annoncé que le déploiement et l’administration des premières doses du vaccin d’AstraZeneca étaient interrompus par mesure de prudence après avoir observé la fréquence accrue de la maladie rare de la coagulation sanguine. Des directives de la Province seront rendues publiques sous peu concernant les 2e doses du vaccin pour les personnes qui ont reçu l’AstraZeneca comme première dose.

Le vaccin est-il obligatoire?

Pour le moment, le vaccin contre la COVID-19 n’est pas obligatoire. Cependant, il est fortement recommandé aux personnes admissibles pour aider à se protéger contre le virus de la COVID-19, surtout pour les gens qui sont à risque élevé d’en développer une maladie grave ou d’en mourir, et pour ceux qui travaillent directement auprès des personnes vulnérables.

Est-ce que je peux quand même développer ou transmettre la COVID-19 après avoir été vacciné?

Le vaccin contre la COVID-19 est très efficace à prévenir les symptômes de la COVID-19 pour les gens qui l’attrapent. Durant les essais cliniques, les vaccins de Pfizer BioNTech et de Moderna se sont avérés efficaces à plus de 90 % à prévenir la maladie de COVID-19 chez les personnes qui avaient reçu les deux doses du vaccin. Le vaccin d’AstraZeneca (COVISHIELD) s’est montré efficace à plus de 80 % à la suite des deux doses.

Il y a une faible probabilité que vous puissiez encore contracter la COVID-19 après avoir été vacciné. Il est important de poursuivre les mesures de santé publique telles que la distanciation physique, le port d'un masque et rester à la maison en cas de maladie. Le personnel de santé et les autres membres du personnel doivent continuer à porter l’équipement de protection individuelle (EPI) même après avoir été vaccinés.

On ne sait pas si vous pouvez transmettre l’infection à quelqu’un qui n’a pas été immunisé si vous êtes exposé au virus.

Pourquoi dois-je me faire vacciner même si le taux de survie à l’infection de la COVID-19 infection est élevé?

La COVID-19 peut s’avérer une maladie grave pour bien des gens. Parmi les gens qui reçoivent un diagnostic de la COVID-19 au Canada, environ 1 personne sur 13 devra être hospitalisée, et plus tragique encore, environ 1 personne sur 40 (~ 2,5 %) en mourra.

Pour certaines personnes, les symptômes peuvent durer pendant des mois. Ces gens ont été baptisés les COVID-longs ou « long-haulers » en anglais. Le virus peut même endommager le cœur, le cerveau, les poumons et faire grimper les risques de problèmes de santé à long terme. Même les personnes jeunes et en santé peuvent se sentir mal pendant des semaines ou des mois après avoir été infectées de la COVID-19.

Les effets à court terme du vaccin contre la COVID-19 sont moins grands que le risque et le potentiel des dommages à long terme pour la santé que peut causer le virus de la COVID-19.

Si j’ai testé positif à la COVID-19 dans le passé, est-ce que je devrais quand même me faire vacciner?

Oui. Vous obtiendrez une certaine immunisation de votre infection mais personne ne sait combien de temps elle va durer. Il est arrivé que certaines personnes aient rattrapé la COVID-19 avant de pouvoir se faire vacciner. Vous ne devriez pas recevoir le vaccin si vous êtes malade ou que vous êtes présentement atteint de la COVID-19. Attendez de vous sentir mieux pour vous faire immuniser.

Les vaccins actuels sont-ils efficaces contre les nouveaux variants du COVID-19?

Présentement, les experts croient que les vaccins sont efficaces contre les nouveaux variants, mais des études sont présentement en cours pour explorer la situation.

Dois-je recevoir le vaccin chaque année ou s’agit-il uniquement des deux doses?

Pour le moment, les vaccins contre la COVID-19 de Pfizer BioNTech, Moderna et AstraZeneca (COVISHIELD) ne seront administrés qu’en deux doses, jusqu’à 16 semaines d’intervalle.

On ne sait pas encore si le vaccin devra être répété dans le futur puisqu’il n’y a pas suffisamment d’information concernant la protection qu’il offre à long terme.

Quel est l’intervalle présentement recommandé entre la première et la seconde dose?

En date du 10 mars 2021, l’Ontario a accepté la recommandation du Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) de prolonger la période d’administration de la deuxième dose jusqu’à seize semaines pour la plupart de la population.

EXCEPTIONS à l'intervalle prolongé entre les doses :

Certaines populations particulières ont besoin d’une plus grande protection supplémentaire et doivent recevoir la deuxième dose à l'intervalle initialement recommandé. Ces groupes peuvent être plus à risque parce qu'ils sont atteints de conditions médicales spécifiques, vivent dans des centres d’hébergement collectif avec d'autres personnes à haut risque (ex. des établissements de soins de longue durée), ou vivent dans des communautés où il est très difficile de dispenser des soins médicaux.

Le CCNI recommande que les populations suivantes reçoivent leur deuxième dose de vaccin selon l'intervalle initialement recommandé (3 semaines pour Pfizer, 4 semaines pour Moderna, 4 à 12 semaines pour AstraZeneca/COVISHIELD) :

  • Les résidents des foyers de soins de longue durée, des maisons de retraite, des pavillons de soins pour aînés et des établissements avec services d’assistance
  • Les receveurs de greffes (incluant les greffes d’organes solides et les greffes de cellules souches hématopoïétiques)
  • Les personnes atteintes de troubles hématologiques malins et de tumeurs solides malignes non hématologiques qui reçoivent un traitement actif (chimiothérapie, traitements ciblés, immunothérapie), à l’exception des personnes qui reçoivent uniquement une hormonothérapie ou une radiothérapie
  • Personnes traitées par hémodialyse ou dialyse péritonéal
  • Les Premières nations et les populations autochtones, ainsi que les membres du ménage et les partenaires de vie (incluant les partenaires et les membres du ménage non autochtones) à l’intervalle indiqué dans la monographie du produit ou lorsque les réservations du rendez-vous pour la deuxième dose sont disponibles

Veuillez noter que les soignants essentiels devront suivre l’intervalle prolongée recommandée entre les doses de vaccins (jusqu’à 16 semaines).

Pour quelle raison l’intervalle entre la première et la seconde dose du vaccin contre la COVID-19 est-il prolongé?

L’intervalle entre les deux doses du vaccin est augmenté jusqu’à seize semaines pour que nous puissions protéger le plus de gens possible en maximisant le nombre de personnes à recevoir la première dose du vaccin. C’est pour protéger le plus de personnes dans la plus courte période possible. Des données probantes permettent de croire que ceci réduit les infections, la maladie symptomatique, l’hospitalisation, et les admissions aux soins intensifs. 

Cela signifie beaucoup moins de maladie et bien des vies sauvées, nous laissant entrevoir des communautés en meilleure santé où l’on peut passer du temps avec nos proches et ouvrir nos commerces.

Les recommandations du CCNI d’allonger les intervalles entre les doses jusqu’à quatre mois afin de vacciner rapidement le plus de personnes possible, sont fondées sur :

  • les données probantes des essais cliniques qui démontrent une très bonne efficacité potentielle du vaccin dès la première dose;
  • les nouvelles données probantes sur la situation réelle qui indiquent une bonne efficacité réelle des vaccins contre les maladies symptomatiques et l’hospitalisation pendant plusieurs semaines après la première dose, y compris chez les populations plus âgées; rien ne prouve actuellement que cette protection diminue avec le temps;  
  • une modélisation mathématique qui démontre que l'accélération de la couverture vaccinale par l'allongement des intervalles entre les doses aurait des avantages substantiels au niveau de la population en réduisant les maladies symptomatiques, les hospitalisations et les décès alors que l'offre de vaccins est limitée;  
  • les principes de la science des vaccins et de l’immunologie, qui montrent que, pour de nombreux vaccins, un intervalle plus long entre la première et la deuxième dose entraîne une meilleure réponse immunitaire après la deuxième dose;
  • l’expérience acquise avec d’autres vaccins à doses multiples, qui semble indiquer que la première dose d’une série de vaccins procure la plus grande protection à court terme, tandis que la seconde dose prolonge la protection à plus long terme;
  • les principes de santé publique de la prise de décisions éthique, notamment l’équité, la faisabilité et l’accessibilité, qui favorise l’allongement des intervalles, en particulier lorsque les cas de COVID-19, les maladies graves, les hospitalisations et les décès sont élevés; en outre, des progrès plus rapides vers la protection de la population contribueront à protéger les populations vulnérables;
  • l’avis d’expert du CCNI selon lequel, dans le cadre d’une pandémie mondiale, la réduction du risque de maladies graves dans la majorité de la population aura le plus grand impact sur la santé publique.

De plus amples informations seront disponibles au fur et à mesure que les programmes de vaccination se poursuivent dans le monde. Le CCNI continuera à surveiller étroitement les données probantes sur l’efficacité réelle de l’allongement de l’intervalle entre les doses et adaptera ses recommandations en conséquence.

Y aura-t-il suffisamment de vaccins pour tout le monde?

Oui. Le Canada a acheté suffisamment de vaccins pour s’assurer qu’une deuxième dose sera disponible à chaque adulte qui désire se faire vacciner et compléter la série de vaccins.

Si je voyage à l'extérieur du pays après avoir reçu le vaccin, dois-je quand même m’isoler pendant 14 jours dès mon retour de voyage?

Le gouvernement du Canada déconseille fortement les voyages non essentiels à l’extérieur du Canada jusqu’à nouvel avis. Si vous voyagez à l’extérieur du Canada, vous devez vous isoler pendant 2 semaines immédiatement en revenant au pays. Cette exigence demeure en vigueur même si vous avez été vacciné contre la COVID-19. Pour de plus amples renseignements sur les restrictions et les exigences de voyage, voir Restrictions, exemptions et conseils de voyage. Pour de plus amples renseignements sur les restrictions et les exigences de voyage, consultez Restrictions, exemptions et conseils en matière de voyage.


Questions concernant la sécurité du vaccin contre la COVID-19

Le vaccin est-il sûr?

Oui, tous les vaccins utilisés au Canada ont été approuvés par Santé Canada. Le Ministère n’approuve un vaccin que si des données scientifiques robustes et probantes montrent qu’il est sûr et efficace. Après l’approbation, Santé Canada et l’Agence de la santé publique du Canada continuent de surveiller la sécurité et l’efficacité à long terme de tous les vaccins autorisés au Canada.

¨Pour obtenir des renseignements détaillés sur le vaccin et la preuve qui découle du processus d’approbation du vaccin, consultez le site Web du gouvernement du Canada.

Quels sont les effets secondaires les plus communs du vaccin contre la COVID-19?

Certaines personnes peuvent présenter certains effets secondaires du vaccin, mais il est probable qu’ils soient légers à modérés et qu’ils disparaissent après quelques jours. Les effets secondaires les plus communs incluent la douleur au site de l’injection, un mal de tête, la fatigue, les douleurs musculaires et articulaires, les frissons et la fièvre.

Il est important de recevoir la deuxième dose même si vous présentez des effets secondaires légers à modérés. Vous pourriez développer les mêmes effets secondaires en recevant votre deuxième dose.

Y a-t-il des effets secondaires graves?

Les effets secondaires graves sont très rares. Ils comprennent :

  • L’urticaire
  • L’enflure de la bouche et la gorge
  • La difficulté à respirer, l’enrouement ou le sifflement
  • Une fièvre de plus de 40C ou 104F
  • Des convulsions
  • Très rarement, le vaccin d’AstraZeneca (COVISHIELD) est associé à une forme rare mais grave de caillots de sang à la suite de la vaccination (appelée thrombocytopénie thrombotique immunitaire induite par le vaccine ou TTIV), principalement chez les jeunes femmes. Les symptômes incluent :
    • Essoufflement
    • Douleur à la poitrine
    • Enflure des jambes
    • Douleur abdominale persistante
    • Apparition soudaine de maux de tête graves ou persistants qui s’aggravent, ou une vision trouble
    • Des contusions (à un endroit autre que celui du site d’injection)

Si vous présentez des effets secondaires graves, consultez immédiatement un médecin. Ne prenez pas une deuxième dose du vaccin si vous avez eu des effets secondaires graves à la suite de la première. Demandez des conseils à votre fournisseur de soins de santé.

De récents rapports signalent la formation de caillots de sang à la suite de l’administration du vaccin contre la COVID-19 d’AstraZeneca. Le vaccin d’AstraZeneca (COVISHIELD) est-il sûr?

Très rarement, le vaccin d’AstraZeneca est associé à une forme rare mais grave de caillots de sang à la suite de la vaccination, principalement chez les jeunes femmes.

Le 11 mai dernier, l’Ontario a annoncé que le déploiement et l’administration des premières doses du vaccin d’AstraZeneca étaient interrompus par mesure de prudence après avoir observé la fréquence accrue de la maladie rare de la coagulation sanguine.

Le gouvernement de l’Ontario continuera de se guider sur les plus récentes sciences et données probantes, et collectivement avec ses partenaires fédéraux et provinciaux, examinera les données afin de déterminer les options possibles visant l’usage du vaccin d’AstraZeneca pour les deuxièmes doses et un usage plus général dorénavant.

J’ai reçu une première dose du vaccin d’AstraZeneca, mais on en interrompt l’administration pour les premières doses en Ontario. Qu’est-ce qui va se passer pour ma seconde dose?

Le 11 mai dernier, l’Ontario a annoncé que le déploiement et l’administration des premières doses du vaccin d’AstraZeneca étaient interrompus par mesure de prudence après avoir observé la fréquence accrue de la maladie rare de la coagulation sanguine.

Le gouvernement de l’Ontario continuera de se guider sur les plus récentes sciences et données probantes, et collectivement avec ses partenaires fédéraux et provinciaux, examinera les données afin de déterminer les options possibles visant l’usage du vaccin d’AstraZeneca pour les deuxièmes doses et un usage plus général dorénavant. Les renseignements concernant les deuxièmes doses du vaccin pour les personnes qui ont reçu l’AstraZeneca comme première dose seront disponibles sous peu.

Est-ce que je peux développer la COVID-19 à cause du vaccin?

Non. Il n’y a pas de cellules vivantes de la COVID-19 dans le vaccin.

Est-ce que le vaccin contre la COVID-19 va changer mon ADN?

Non, le vaccin ne modifie pas ni ne peut-il modifier votre ADN de quelque façon que ce soit.

Je suis enceinte. Est-ce que je peux recevoir le vaccin contre la COVID-19?

Vous êtes enceinte? Vous pouvez décider de vous faire vacciner à n’importe quel moment de votre grossesse. Il vous est recommandé, sans que ce soit exigé toutefois, de discuter du vaccin avec votre médecin traitant ou avec le fournisseur de soins qui est familier avec votre grossesse. Toutefois, une lettre d’un fournisseur de soins n’est pas nécessaire à la vaccination.

Si vous êtes enceinte et que vous avez moins de 18 ans, contactez votre fournisseur de soins primaires ou appelez le bureau de santé au 613-933-1375 ou 1-800-267-7120 pour discuter de la meilleure option pour vous.

Qui ne devrait pas être vacciné?

Les personnes suivantes ne devraient pas recevoir le vaccin contre la COVID-19 :

  • Les personnes qui ont des allergies aux ingrédients du vaccin contre la COVID-19 ne devraient pas être vaccinées. Dans l’incertitude, discutez-en avec votre médecin ou votre fournisseur de soins.
  • Les personnes qui ont une réaction allergique grave au vaccin contre la COVID-19 (première dose) ne devraient pas recevoir la deuxième dose.
  • Les enfants de moins de 12 ans ne devraient pas être vaccinés pour le moment, car le vaccin n’a toujours pas été approuvé pour ce groupe d’âge.
  • Toute personne malade, atteinte de la COVID-19 ou ayant reçu un différent vaccin au cours des deux dernières semaines devrait attendre pour se faire vacciner.

À ce stade, les personnes suivantes devraient consulter leur fournisseur de soins pour déterminer si l'avantage de se faire vacciner dépasse les risques potentiels :

  • Les personnes qui allaitent
  • Les personnes dont le système immunitaire est compromis ou qui sont atteintes de maladies auto-immunes

Pour de plus amples renseignements, consultez : Recommandations de vaccination contre la COVID-19 pour les groupes particuliers

Si j’ai déjà fait une réaction à un vaccin différent dans le passé, est-ce que je peux quand même recevoir le vaccin contre la COVID-19?

Consultez votre médecin ou fournisseur de soins de santé si vous avez fait des réactions allergiques graves à un vaccin dans le passé. Ils examineront votre dossier médical et vous aideront à prendre une décision.

Est-ce que je devrais recevoir le vaccin contre la COVID-19 si j’ai des allergies alimentaires ou saisonnières?

Veuillez consulter votre médecin ou fournisseur de soins de santé pour savoir s’il est sécuritaire pour vous de recevoir le vaccin contre la COVID-19.

Je viens de recevoir un vaccin pour autre chose. Est-ce que je peux quand même me faire vacciner contre la COVID-19 maintenant?

Vous devriez attendre 14 jours avant de recevoir le vaccin contre la COVID-19 si vous avez reçu un autre type de vaccin.

Après l’administration d'une dose du vaccin contre la COVID-19, vous devriez attendre 28 jours avant de recevoir un autre vaccin. Si pour une raison quelconque, vous devez vous faire vacciner dans moins de 28 jours, parlez-en à votre médecin ou votre fournisseur de soins.


Questions concernant quand et comment sera organisée la distribution du vaccin

Quand est-ce que je pourrai me faire vacciner contre la COVID-19?

À cause de problèmes d’approvisionnement mondial, le vaccin est distribué par étapes jusqu’à ce que les fabricants disposent d’un nombre suffisant de doses pour pouvoir vacciner tous ceux qui le veulent.

Pour le moment, le BSEO a reçu une quantité restreinte de vaccins contre la COVID-19, lesquels sont distribués conformément au plan de déploiement de vaccins exigé par la Province. Pour les dernières informations concernant les prochains à se faire vacciner dans la région du BSEO, consultez Distribution du vaccin contre la COVID-19 dans la région du BSEO.

La livraison du vaccin devrait s’accélérer au cours des prochains mois. L’augmentation des stocks de vaccins permettra d’immuniser un nombre accru de groupes. Il est prévu que d’ici l’automne (ou peut-être avant), tous ceux qui désirent se faire immuniser auront accès au vaccin.

Comment saurais-je que c’est mon tour de me faire vacciner?

L’horaire de vaccination sera partagé avec le grand public et les différents groupes de la population dès qu’il sera disponible. Pour les dernières informations concernant les prochains à se faire vacciner dans la région du BSEO, et le moyen utilisé pour partager l'information, consultez Distribution du vaccin contre la COVID-19 dans la région du BSEO.

Pourquoi les résidents et les travailleurs des établissements de soins de longue durée et des maisons de retraite à risque élevé sont-ils les premiers à se faire vacciner?

Les résidents des établissements de soins de longue durée (SLD) et des maisons de retraite à risque élevé comptent parmi les personnes les plus vulnérables de notre communauté, et sont les plus à risque de développer une maladie grave de la COVID-19 ou d’en mourir. C’est pourquoi ils représentent le groupe de première priorité pour la vaccination contre la COVID-19.

La plupart des résidents dans ce genre d’établissements ont besoin d’aide dans leurs activités de tous les jours. Pour veiller à ce qu’ils reçoivent l’aide dont ils ont besoin, il est crucial que les travailleurs et les soignants essentiels des établissements de SLD et des maisons de retraite demeurent en santé. La vaccination contre la COVID-19 de ceux-ci aidera non seulement à les protéger eux, mais aussi les résidents qui reçoivent des soins.

Est-ce que je devrais attendre pour recevoir le vaccin que je préfère?

Non. Tous les vaccins contre la COVID-19 qui sont approuvés par Santé Canada sont efficaces. Il est important de recevoir le vaccin pour lequel vous êtes admissible lorsqu’il vous est offert – peu importe la marque ou le type de vaccin.

Que se passera-t-il si c’est mon tour à me faire vacciner et que je décide d’attendre?

Si c’est votre tour de vous faire vacciner, il est important de le prendre. Si vous attendez, il pourrait être plus long de le recevoir lorsque vous décidez de l’accepter. L’administration de la première dose le plus tôt possible vous protègera contre la COVID-19 alors que le nombre de cas est encore très élevé dans la communauté.

Eastern Ontatio Health Unit / Bureau de santé de l'Ontario